LA BASE DES PATRIOTES

Votre chaine d'actualité

Affaire 100 Jours : Il n’y aura pas de liberté provisoire aux prévenus (Tunda ya Kasende)

Alors que le directeur de cabinet du Président de la République démocratique du Congo réclamait une liberté provisoire auprès du tribunal de grande instance de Kinshasa/Matete, le ministre en charge de la justice souligne que personne parmi les prévenus n’aura une liberté provisoire.

« On ne peut pas accorder la liberté provisoire aux personnes qui sont détenues dans le cadre des enquêtes sur l’exécution des travaux du programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’Etat », a dit Célestin Tunda ya Kasende.

Le Vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux rassure que « Je n’interfère pas dans le dossier, mais étant donné que la loi prévoit que les magistrats du Parquet soient sous l’autorité du ministre de la Justice. Je suis jaloux de ces dispositions. Je voudrais avoir tous les éléments de différents dossiers pour que nous puissions regarder dans la même vision, moi et les magistrats ».

Celestin Tunda Ya Kasende pense que le fait de ne pas accorder de liberté provisoire ne signifie pas que le droit de la défense n’est pas respecté.

Pour lui, « l‘instruction doit d’abord être poursuivie, aller plus loin et surtout qu’il y a des confrontations qu’il faut faire. Confrontations entre ceux qui étaient en détention préventive et ce qui venaient d’arriver ».

Par ailleurs, il rassure qu’il veille à ce que le droit de la défense soit respecté car c’est un des fondements de l’État de droit prôné par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Il faut noter que la réaction du ministre de la justice intervient après le rejet des requêtes de mise en liberté provisoire du directeur de cabinet du Chef de l’Etat incarcéré pour « détournement des deniers publics relatifs au programme d’urgence de 100 premiers jours de Félix Tshisekedi ».

 Olivier Tshimanga