LA BASE DES PATRIOTES

Votre chaine d'actualité

Martin Fayulu:  »2020, ANNEE DE LIBERATION DU PAYS »

Le président du parti politique engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDE) en sigle, Martin fayulu Madidi, qui se considère comme président de la république avait promis de faire un discours sur l’état de la nation le 30 décembre 2019, chose qu’il a réellement faite ce lundi.

Martin fayulu Madidi a débuté son discours en qualifiant l’année 2019 d’une année des tragédies diverses, il entend par là, des massacres systématiques à Beni et dans d’autres parties de l’Est du pays, il a également évoqué les éboulements des terres, les innondations, Craches d’avions, chavirement des navires,pirogues et tant d’autres choses qui ont causés la perte en vie humaine des nombreux Congolais.

Il a part la suite adressé un souhait des prompts rétablissements aux malades et a imploré la miséricorde de Dieu pour les sinistrés, il a exprimé son soutien à ceux qui sont incarcérés injustement et sa détermination à combattre l’arbitraire.

le président de L’ECIDE a mis l’emphase sur le fait que: »Au delà de ce que l’année 2019 aura représenté pour chacun d’entre nous, en termes d’épreuves des peines ou des joies, des succès ou d’échecs, l’entrée dans une nouvelle année reste une faveur imméritée que Dieu, dans sa souveraineté,nous accorde ». Et il a par l’occasion rendu gloire à Dieu.

Dans la quintessence de son discours Martin fayulu est revenu sur la journée du 30 décembre 2018, comme étant une date historique, date à laquelle les Congolais ont exprimés leur soif démocrate, leur volonté de changer le Congo, de lui donner des dirigeants légitimes, légaux et dignes de confances.

Mafa a qualifié les élections de 2018 comme ayant un discrédit plus grave que ceux de 2006 et 2011, il a renchéri en ces mots : »Jamais les mépris de la vérité et de la négation de la volonté populaire du Congolais n’a été aussi insolente ».

Il a évoqué la fraude électorale, qu’il considère comme une grave atteinte à la civilisation démocratique, relevant d’un banditisme d’État qui au delà de détourner ,trahir et de manipuler l’expression de tout un peuple, véhicule dans la société, le culte de la fraude, du mensoge, du vol et gangstérisme.

Le candidat de Lamuka dit mesurer et partager la déception, la peine et frustration de ces compatriotes suite à ce hold-up électoral très choquant, qui selon lui ont non seulement déshonoré notre pays, mais aussi l’expose à toutes malédictions.

Il est revenu sur plusieurs qualifications pour décrire la manière dont les élections se sont déroulés et sa publication, tout en ventant la maturité qu’à fait preuve les peuples Congolais.

Martin Fayulu a par la suite déclaré que nul ne peut plus prendre en otage une ethnie, une tribu ou un clan du Congo telle une clientèle politicienne manipulable à souhait ou comme un bouclier pour asseoir une tricherie électorale.

Comme l’on pouvait très bien s’y attendre il a aussi évoqué la vérité des urnes qu’il qualifie comme une vérité de nos consciences, l’expression de notre souveraineté et de notre dignité, c’est un droit fondamental à l’autodétermination d’un peuple, c’est un principe et une valeur de la démocratie. Pour mafa, il faut résoudre un problème de crise de légitimité de nos institutions, et de leurs animateurs, source de notre dérive.

Martin Fayulu décrète l’année 2020 comme étant une année de la libération du pays.
« Je décrète l’année 2020, l’année de libération de la République démocratique du Congo, Nous ne serons jamais, alors jamais esclave de qui que ce soit. Réveillons-nous !, que Dieu bénisse la République démocratique du Congo, et son vaillant peuple ».

Par ailleurs, celui qui était le candidat numéro 4 lors aux élections présidentielles du 30 décembre 2018, formule le voeu que 2020, soit pour chacun des Congolais une année de paix, de bonne santé, de grande espérance, de joie et de réussite à la fois « dans le projet professionnel, et au service de la RDC. »

Martin fayulu invite la population a une marche de deuil et d’indignationsur toute l’étendue du pays et dans la diaspora en date du 17 Janvier. Il promet la tenue du 12 au 13 février 2020 d’un forum ayant pour thème « L’intégrité de la RDC ».

Pour rappel, lors de son premier discours sur l’État de la nation, devant les deux chambres du parlement réunis en congrès Félix Tshisekedi avait décrété l’année 2020 comme une année d’action et de lutte contre la pauvreté.

GLAD NGK