RDC : Kitenge Yesu, haut représentant du chef de l’État, suggère à Kabuya de geler la décision de la non-désignation d’un remplaçant à Kabund

0
29

Les réactions continuent de tomber au sujet de la position prise par l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, (UDPS), en ce qui concerne la destitution de Jean-Marc Kabund.

La dernière en date est celle de Kitenge Yesu, haut représentant et envoyé spécial du chef de l’État. Via Twitter, ce dernier a, tout en précisant que cette destitution n’est pas une bonne chose, déclaré que la colère est un mauvais conseiller.

“La destitution du premier vice-président de l’Assemblée nationale est une mauvaise action. La colère, mauvaise conseillère mais contrôlée, elle peut être une force quelque part. La priorité c’est l’état des lieux franc de la coalition”, a-t-il fait savoir.

Dans la foulée, Kitenge Yesu appelle le numéro deux du parti présidentiel à revoir la décision relative à la non désignation d’un remplaçant à Jean-Marc Kabund au sein du bureau de la chambre basse du parlement.

“Je suggère humblement, au secrétaire général de geler le point 3 de sa déclaration du 28”, conclut le haut représentant et envoyé spécial du chef de l’État.

La décision prise par la hiérarchie de l’UDPS divise les élus du parti cher au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Certains considèrent qu’il faut désigner un autre candidat en remplacement de Jean-Marc Kabund, tandis que d’autres soutiennent la position prise par le parti.

Pour rappel, l’UDPS a, via une déclaration faite jeudi dernier et signée par son secrétaire général Augustin Kabuya, annoncé qu’elle ne procédera pas à la désignation d’un remplaçant à Jean-Marc Kabund déchu de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale le 25 mai dernier suite à la pétition initiée par le député de l’opposition Jean-Jacques Mamba.

En outre, le parti présidentiel a prévenu que tout député national élu sur la liste de l’UDPS qui violerait cette mesure sera considéré comme ayant quitté délibérément le parti et sanctionné conformément aux dispositions de la constitution, des statuts et du règlement d’ordre intérieur de l’UDPS.

Par ailleurs, l’UDPS a autorisé Jean-Marc Kabund, son président a.i, à saisir les instances judiciaires compétentes de la République Démocratique du Congo afin de retrouver ses droits.

EL SENATOR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plait entrez votre commentaire !
S'il vous plait entrez votre nom ici